lundi, octobre 22, 2007

On line volunteerism is an eye opening to examine issues from the inside out

Anastasia Koustalianos is a Canadian who began volunteering as French to English translator with AZUR since 2005. She has been interviewed by our colleague Marc Foukou about her motivations. AZUR Developpement works online and on site with international volunteers on its various projects since 2003. National and international volunteers have contributed a lot in the achievement of the organization’s goals.

You decided to offer your translation skills to AZUR Development two years ago. Could you tell us what reasons did you have to do so?

For many reasons. First and foremost, I believe in the work AZUR Development is doing. On a selfish note, however, it allows me to contribute to a cause greater than myself while exercising a profession I enjoy.

Does your understanding of the issues faced by African women and children improved since you started doing translations for AZUR Développement? Please explain.

Certainly. Despite having studied African politics in university, it is always eye opening to examine issues from the inside out. In this light, I have gained greater
insight into the Congolese experience.

How could AZUR Développement make more rewarding your volunteerism experience?

Perhaps being able to translate pamphlets, reports or online discussions, this would reach a more global audience. Or AZUR Development could provide internship opportunities in Africa whereby volunteers may gain firsthand experience on the issues affecting Western Africa more specifically.

Regular communication with AZUR Développement is made only via internet, is it a barrier to the accomplishment of your service?
Please explain and make suggestions.

Not at all. Inevitably with the time change the Internet is perhaps the only way to contact one another. In this respect, I cannot suggest any more efficient ways to

vendredi, octobre 19, 2007

A dialogue with changemakers, Quinlan’s Family starts Apprends-Moi

1. How did you come to the idea to donate books? Why books?
We became convinced long ago of the importance of access to education in order to realize true development. Books are a very simple way of accessing knowledge. In addition, learning the English language provides Francophiles a very important tool for accessing employment opportunities and additional education.

2. Why did you choose Congo? How did you start to collaborate with AZUR? Why AZUR? Are you happy with the cooperation?

Jen and I were in a graduate program at the University of Wisconsin-Madison studying French Studies and International Development (Chris) and French Studies and Education (Jen). I came into contact with AZUR as I was looking for an internship with an NGO doing development work in a francophone country.

After interning with AZUR and continuing our relationship with them for a couple of years, we decided that in order to be more effective in our work we needed to form our own non-profit organization. As an NPO we would be able to access grants and expand the work that we wanted to do.

We value the partnership with AZUR a great deal because we are able to work with an NGO who is very involved in grassroots development in a francophone country. The mission of Apprends-Moi International is to promote cultural and educational exchange between francophone and Anglophone culture. We are very happy with our partnership with AZUR and look forward to continuing and developing that relationship.

3. What are the origins of "Apprends Moi"? Why and when was it established? Why is it so special and what makes it different from the other organizations active in the development field?

Jen and I started Apprends-Moi International (AMI) in 2007 to facilitate the realization of our mission; to promote cultural and educational exchange between francophone and Anglophone culture. What makes AMI unique is our focus on the franco-anglo exchange, with a strong emphasis on education.

4. How do you manage your daily activities? How do you work?
Jen and I work in tandem with the support of about a dozen volunteers. Jen and I handle all of the administrative/back office work. Volunteers help with the collection, sorting, boxing, storing, moving of books and seeking out resources for donations.

5. What kind of response did you get from the society? What have you managed to do so far? What is your biggest success? What are the biggest difficulties?

Response to the work we are doing has been excellent. We have had many people express interest in what we are doing and offer their support. Our biggest success has been with book donations. We have had tons of books donated. Our biggest challenge has been raising the money to send the books and finding shippers who will sip the books for a reasonable cost to Brazzaville.

6. Do you have any plans for the future activities? If yes, can you reveal some?

We hope to facilitate student exchange between Francophone countries and the United States. We also hope to establish a retreat here in the United States where Francophiles can come for cultural and educational exchange.

We would be also very happy if you agree to share with us some personal details :) What do you do for living?

Chris works for Heifer International, an international non-profit working to end hunger and poverty and acre for the Earth ( Jn is an editor for an alternative health and healing magazine that explores natural ways to stay healthy and fit and live a holistic life.

Have you ever visited Congo? Not yet what were your impressions, if yes? What is your passion?
We love our children (3 boys Michael – 7, Mathieu-5, Christopher-Marc-1), we love to be outdoors camping and hiking, and we enjoy travel and learning.

What are the things you can not support? And the last question but for me always the most difficult – Why do you do this? What kind of satisfaction – if any - does it bring to you?

We want to do something in life that helps others in a meaningful way. We want to teach our children the importance of living life for others and that love is an action verb. We gain enormous satisfaction out of doing something that helps others.

Interview done by Kasia.

Des élèves européens, américains et congolais se soutiennent grâce aux technologies de l’information et de la communication

Comment les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent favoriser l’échange entre les cultures? Pour ceux qui seraient tenté d’affirmer que ce n’est pas réalisable, en réponse AZUR Développement a une expérience à raconter.

Depuis deux ans, l’Association AZUR Développement collabore avec des élèves, leurs encadreurs, et des organisations basées aux Etats-Unis, en Angleterre et en Allemagne, pour soutenir les jeunes élèves du Congo. Il s’agit notamment des élèves des classes de 6eme et 5eme du lycée français de Los Angeles, des élèves, des élèves du Club Français de Ivydale School à Londres, du Club des Jeunes en Action pour Brazzaville de l’école Romain-Rolland-Gymnasium à Dresde, et de la famille Quinlan du Minnesota qui ont créé une organisation dénommée Apprends Moi International pour poursuivre leur mission.

C’est dans l’exécution de son programme « Jeunes et Cultures » qu’AZUR Développement, à travers son site internet fait la promotion de l’échange culturel entre élèves.

Aujourd’hui, cette collaboration porte ses fruits parce que ces élèves, leurs encadreurs et l’organisation Apprends Moi se mobilisent pour les enfants congolais en leur faisant parvenir des livres.« Par les actions que vous entreprenez, les élèves ont une meilleure vision des enjeux du développement en Afrique aujourd'hui. Et puis, ils sont heureux de pouvoir donner des livres et de savoir qu'au Congo ils ont des liens directs d'amitié avec vous et leurs camarades des écoles. Notre désir est d’aider les autres enfants à travers le monde en leur donnant la possibilité d’avoir des livres pour étudier.», a déclaré Céline Schneider du Lycée français de Los Angeles aux Etats-Unis.

Toujours aux Etats-Unis, après avoir été volontaire international pour quand AZUR Développement faisait ses premiers pas en 2003, Christopher Quinlan, son épouse Jennifer ont créé l’organisation Apprends Moi International pour aider les enfants congolais. Ils ont à ce jour collecté plus de 20.000 livres avec Books for Africa qui en a assuré le transport des livres jusqu’à Pointe-Noire. Christopher parle de son expérience : «Jen et moi avons créé Apprends-Moi International (AMI) en 2007 pour faciliter la réalisation de notre mission; pour promouvoir l’échange culturel et l’éducation entre la culture francophone et anglophone. Nous voulons faire quelque chose de significatif dans la vie qui aide les autres d’une façon significative. Nous voulons enseigner à nos enfants l’importance de vivre la vie pour les autres et que l’amour est un verbe d’action. »

Les jeunes élèves du Club des Jeunes en Action pour Brazzaville en Allemagne dont les membres pour la plupart âgés de moins de 13 ans, ont développé un programme d’échange culturel avec leurs pairs congolais pour toute l’année 2007-2008. AZUR Développement facilite ces échanges et étend cette année le nombre des écoles participantes à Brazzaville. « Le nom de ce "club" est tout simplement "Brazzaville". Nous parlerons de l'Afrique et nous essayerons d'approcher sa culture aux élèves en jouant ou en bricolant. Nous voulons aussi envoyer des lettres ou des photos à Brazzaville et nous espérons qu'on pourrait s'échanger. Les élèves seront très contents! Et nous sommes en train d'économiser d'argent pour les écoles à Brazzaville », nous a confié la responsable du Club.

Quant aux élèves du Club Français de Ivydale School Londres, ils vont correspondre cette année avec leurs pairs au Congo.

Sylvie Niombo, Directrice exécutive d’AZUR Développement explique : « à travers le programme jeunes et culture, nous donnons la possibilité aux jeunes de s’épanouir. Nous organisons des activités socio culturelles et éducatives et nous mettons en place du mini bibliothèques pour les jeunes dans les écoles. Nous sommes toujours ouverts au partenariat et les écoles intéressées par nos actions peuvent nous contacter. »

Ces actions reposent entièrement sur des volontaires qui donnent de leurs temps et de leurs ressources, tant au Congo qu’à l’étranger. Ainsi des jeunes élèves et leurs encadreurs font de la levée de fonds pour l’envoi des livres au Congo en vendant souvent des pâtisseries. Dans le cas de Apprends Moi International, les enfants Quinlan, leurs parents et d’autres volontaires collectent les livres, les stockent et les emballent pour leur route sur le Congo.

Par ailleurs, chaque année les élèves organisent des expositions sur des thèmes précis et étudient le Congo en géographie. Une enseignante témoigne : « quand nous avons découvert AZUR Développement, grâce à votre site Internet, nous avons été séduits par vos actions ; elles correspondaient à ce que nous recherchions. Ensuite, nous avons été très touchés par la manière avec laquelle vous vous êtes engagés auprès de nous depuis une année. Vous nous avez aidés à construire notre action de solidarité mais vous avez également contribué à enrichir notre programme par vos courriers, DVD et photos. »

Avec les élèves congolais, AZUR Développement facilite la célébration des journées internationales, c’est ainsi que le 09 Août dernier, des activités avaient été organisées avec l’école Anne Benoîte de Brazzaville sur le quotidien de l’enfant autochtone. Les documents produits par les élèves (dessins, poèmes, et autres) lors de ces activités sont également échangés avec les élèves correspondants aux Etats-Unis, en Angleterre et en Allemagne.

Assurément, les technologies de l’information et de la communication (TIC) permettent de renforcer la solidarité entre les enfants des cultures différentes.

Roméo Mbengou

mercredi, octobre 17, 2007

Le livre, toujours indispensable pour l’éducation des enfants

Tenant compte de l’importance du livre pour l’éducation des enfants, AZUR Développement, dans le cadre de son programme « Jeunes et cultures », a fait un don de soixante dix sept livres au Complexe scolaire Anne Benoîte à Diata. C’était le vendredi, 12 Octobre 2007.

Ce sont des livres de français, de mathématique, de biologie, de physique et d’espagnol, utilisables par les élèves des niveaux du primaire, du collège et du lycée.

Ces livres en provenance des Etats-Unis, particulièrement du lycée français de Los Angles, ont été collectés par les élèves de cet établissement privé, dans le cadre du partenariat existant entre l’Association AZUR et cet établissement privé.

Animés par le souci de voir les enfants du Congo d’avoir des livres pour bien étudier, mais encore de vouloir développer un échange culturel avec les autres enfants, l’école de Los Angeles compte travailler tout le long de l’année 2007-2008 avec les enfants du Congo Brazzaville, notamment dans le célébration des journées internationales et autres activités culturelles en vue de l’épanouissement de tous.

Après le mot de Madame Victorine Diaboungana, Secrétaire Exécutive de l’Association AZUR qui a interpellé les enseignants d’en faire bon usage, et aux enfants de s’intéresser à la lecture, le directeur de cet établissement récipiendaire s’est dit satisfait pour ce geste et à remercier aussi bien l’Association AZUR que les enfants du lycée français de Los Angeles. Il a par ailleurs, fait remarquer que « ce partenariat sera très bénéfique aussi bien pour les enfants de notre école que pour ceux de Los Angeles auxquels nous réservons des grandes surprises ».

Les enfants de cette école ne sont pas restés indifférents face à ce geste. Ils ont accueillis ces livres avec des chants, et ils ont été très heureux de savoir qu’Aux Etats-Unis les enfants pensent à eux.

Roméo Mbengou

ACSIS se prépare pour le forum sur la gouvernance de l'Internet de Rio

1-Vous êtes Présidente de ACSIS, comment le réseau de la société civile africaine se prépare-il pour le forum sur la gouvernance de l'Internet de Rio?

Merci pour cette opportunité que vous me donnez de parler
D’ACSIS et de sa participation au Forum sur le Gouvernance de l’Internet qui aura lieu à Rio du 12 au 15 Novembre 2007.
Avant toute chose, nous continuons à nous féliciter de la présence d’un membre de la Société Civile Africaine dans le Groupe des Conseillers du SG des Nations Unies pour le Forum sur la Gouvernance de l’Internet..

1/ Revenant sur votre première question, Il faut rappeler que ACSIS, a participé au 1er Forum sur la Gouvernance de l’Internet qui a eu lieu à Athènes en 2006.
Notre souci est de participer à cette deuxième édition de façon plus active
C’est ainsi que nous avons eu à proposer dans le cadre des ateliers, un thème en langue française, sur la Cybercriminalité en Afrique. Malheureusement, ce thème n’a pas été retenu par les organisateurs.

Nous n’avons pas, pour autant baissé les bras, je me suis rapprochée de la Coalition sur la Diversité Linguistique et du Groupe de travail, de la Société Civile, au SMSI sur la Gouvernance des Réseaux d'Information
En partenariat avec ces deux instances, ACSIS pourra avoir la possibilité de faire une intervention à Rio, sur : La Diversité Linguistique en Afrique. Toujours dans le même ordre d’idées, quelques membres ACSIS ont été nominés pour d’autres interventions, portant sur l’accès, la diversité, la sécurité et autres.

Et comme vous le savez autant que moi, le tout n’est pas d’être nominé pour faire une intervention ou de vouloir participer, faudrait-il trouver un financement nous permettant d’arriver à Rio. C’est à ce niveau que commence le vrai parcours du combattant de la société civile africaine.

En conséquence, j’ai repris l’exercice de l’année dernière sous une autre forme, au lieu de faire une lettre ouverte comme c’était le cas à l’adresse de Mr Markus KUMMER, j’ai plutôt envoyé une lettre ordinaire de demande de financement aux deux Présidents du processus de Rio. Il s’agit de:

H.E Hadil DA ROCHA VIANA, Minister, Director for Scientific and Technological Affairs, Ministry of Foreign Affairs du Brezil

et Mr. Nitin DESAI The United Nations Secretary-General's Special Adviser for Internet Governance, avec une copie à Mr. Markus KUMMER, IGF secretary .

Dans cette lettre, j’ai rappelé les fonds dégagés par le Canada et le Japon et mis à disposition de l’UIT pour la participation des experts des pays en voie de Développement à Rio, (ci-joint une copie de cette lettre) Jusqu’ici nous n’avons pas reçu de réaction de leur part. Contrairement à l’année dernière où nous avons reçu de façon diligente une réponse de Mr Markus KUMMER suite à la lettre ouverte.

J’ai également adressée une demande d’appui à l’Institut Numérique Francophone (INF) de l’OIF, qui a réagit positivement.

Nous continuons à attendre les autres réactions, bien que nous soyons à quelques jours de l’événement.

2- Quels sont les enjeux de ce forum pour la société civile africaine ?

Les enjeux de ce forum pour la société civile africaine sont ceux de toute l’Afrique à savoir :

Continuer à exprimer la nécessité d'établir un cadre multipartenarial et un mécanisme de coordination afin de garantir une collaboration efficace et une prise en compte des préoccupations africaines dans la gouvernance de l'Internet.
Préoccupations qui portent sur :

- La sécurité,
- les points d'échange,
- la confidentialité,
- la liberté d'expression
- la diversité,
- l'accès
- le multilinguisme et
- le renforcement des capacités……………..etc

Pour reprendre les propos M. Tarek Kamel , Ministre des Communications & TIC de l'Egypte, par ailleurs Président du forum des ministres africains des TIC, lors de la réunion du Groupe Africain organisé le mardi 31 octobre 2006 à Athènes en Grèce pendant le 1er Forum sur la Gouvernance de l’Internet : je cite :
« Ces différents problèmes de la Gouvernance de l'Internet ne pourront se résoudre que grâce à la coopération multi partenariale. D'ores et déjà on peut noter que le registre africain, Afrinic illustre bien cette coopération pour développer les régions et les marchés émergents » fin de citation

3- Quel est le message de la société civile africaine à ce Forum ?

ACSIS continue à exprimer son voeu de voir le Forum de Rio, déboucher à un consensus qui sortirait le monde en général et l'Afrique en particulier de l'épineux problème de la Gouvernance de l'Internet.

Comment assurer une gouvernance mondiale de l'Internet

La gouvernance de l’Internet, dont la difficulté majeure réside dans l’atteinte de consensus entre toutes les parties prenantes (gouvernement, secteur privé et société civile) qui doivent participer à l’ensemble des processus décisionnels concernant l’Internet, est donc devenu un enjeu stratégique pour le monde entier.

L’ONU s’est alors saisi de cette question, en mettant en place depuis 2003 , des sommets mondiaux de la société de l'information (SMSI), sur le thème de la gouvernance d’Internet dont le premier sommet eût lieu à Genève en décembre 2003.

Pour aller plus loin, L’ ONU a créé a cet effet (conformément au mandat qui lui a été confié au cours de la première phase du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), qui s’est déroulée à Genève en 2003 ), un groupe international pour traiter de la question : le Groupe de Travail sur la Gouvernance de l’Internet (GTGI, en anglais WGIG ), composé de 40 membres venant de plusieurs pays et de différents groupes d’intérêt (gouvernements, secteur privé, ¬université, organisations de la société civile)

Les sujets abordés sont allés de la définition à la distribution de noms de domaine et d’adresses IP, aux coûts de connexion entre pays, au droit d’accès à l’infrastructure et aux informations, à la liberté d’expression, la sécurité et l’utilisation appropriée d’ Internet, etc.

Quelques pays ont proposé au sein de l’ ONU, l’idée que la gouvernance d’ Internet devrait être remise à l’UIT/ITU (Union internationale des Télécommunications), un organisme de l’ONU, où plus de 180 gouvernements et environ 650 entreprises de télécommunications sont représentés, mais qui ne se caractérise pas par la démocratie, la transparence et le pluralisme.
Lors du premier sommet à Genève en 2003, une Déclaration de principes intitulée « Construire la société de l’information : un défi mondial pour le nouveau millénaire », fut adoptée. Cette déclaration souligna que « l’Internet est devenu une ressource publique mondiale... (Sa) gestion internationale devrait s’exercer de façon multilatérale, transparente et démocratique, avec la pleine participation des Etats, du secteur privé, de la société civile et des organisations internationales. Elle devrait assurer une répartition équitable des ressources, faciliter l’accès de tous et garantir le fonctionnement stable et sécurisé de l’Internet, dans le respect du multilinguisme ».
Depuis ce sommet de Genève en 2003, les débats sur le sujet ont vu émerger des divergences avec certains pays du Nord. L’Afrique a compris les enjeux qui en découlent, et la plupart des Etats du continent ont envoyé leurs représentants, pour défendre une position dont le Ghana assure la coordination.

Les discussions s’articulèrent autour de plusieurs points qui vont de la participation des Etats à la gouvernance de l’Internet au rôle du secrétariat général des Nations Unies dans le processus, en passant par l’accès pour tous à l’Internet, au multilinguisme des contenus, à la stabilité et la sécurité de l’Internet, etc. Plusieurs pays réclamèrent la mise en place d'une structure internationale type ONU pour contrôler la toile, d'autres - les États-Unis en tête – y ont font valoir que cela reviendrait à accorder un pouvoir sur le net à des États fort peu démocratiques.

Néanmoins, un quasi-consensus s’est néanmoins dégagé lors de ce sommet, autour d’un refus du pouvoir monopolistique des Etats-Unis exercé à travers le complexe « ICANN.

Un second sommet mondial de la société de l'information (SMSI) à eu lieu à Tunis en 2005. Le bilan en fut également contrasté : les questions de liberté d'expression en Tunisie et de gouvernance de l'internet ont occulté la plupart des autres débats et projets, consacrés en majeure partie à la réduction de la fracture numérique entre pays riches et pays en voie de développement. Le principal temps fort du sommet a été la présentation d'un prototype d'ordinateur portable à 100 dollars, conçu par les chercheurs du MIT (Massachussets Institute of Technology). Son ambition étant de permettre à chaque enfant dans le monde de disposer d'un portable, surtout dans les pays pauvres.

Mais le principal problème reste que la gestion technique de l'internet et du système des noms de domaine restent entre les mains de l'Icann, l'organisme international privé américain.

Lors de ce sommet à Tunis, à été négociée la création d'un forum international pour la gouvernance d'internet (IGF), qui s’est déroulé à Athènes en 2006. Revendiquée comme une victoire de la société civile, la création de l'IGF a surtout offert une porte de sortie au Sommet de Tunis qui avait échoué à lever le contrôle américain sur les ressources-clés de l'Internet (l'allocation d'adresses et le management du système des noms de domaine restent du ressort exclusif de l'IANA et de l'ICANN suite au renouvellement des accords avec le Department of Commerce intervenus en mai et août 2006).[1]

Malheureusement, ce forum international pour la gouvernance d'internet n’a aucun mandat décisionnel. Ce forum de la Gouvernance Internet étant une réunion organisée dans différents pays, avec la participation des gouvernements, du secteur privé et de la société civile.

Principal sujet abordé au cours de ce sommet: les éternels reproches faits aux Etats-Unis pour leur mainmise sur la gestion technique de l'internet via l'Icann, l'organisme de régulation de l'internet.

A l'issue du sommet d’Athènes, les participants se sont donc séparés sur des engagements de bonne volonté et quelques inquiétudes, mais sans décision concrète.

Depuis la réunion d’Athènes en octobre 2006 du Forum sur la Gouvernance de l’internet, l’objectif reste de poser les bases d’un système qui fait dialoguer deux cultures : « la culture des entités non gouvernementales qui se servent de l’Internet et ont pour tradition de prendre leurs décisions de manière informelle, de la base vers le sommet; et celle, plus formelle et structurée, des gouvernements et des organisations intergouvernementales ».En sachant que des groupes sociaux hétérogènes constitutifs de ce que le système onusien appelle « la société civile » revendiquent une responsabilité dans la régulation de l’internet mondial et, exigent des instances internationales et de leurs gouvernements, de participer à une co-régulation et demandent des dispositifs démocratiques.

Depuis, doté d’un mandat qui vient d’être renouvelé, l’ONU par la voie du Groupe consultatif du Forum sur la gouvernance de l’Internet est désormais en mesure de mettre en place la prochaine réunion du Forum, prévue à Rio de Janeiro, du 12 au 15 novembre 2007. Depuis mai 2007, les participants poursuivent les discussions qu’ils ont entamées en novembre 2006 à Athènes, sur l’accès, la diversité, l’ouverture et la sécurité de l’Internet.

De son coté, l'Union européenne est montée au créneau. Elle a officiellement remis en cause la suprématie des Etats-Unis sur la régulation technique d'Internet. Dans l'acception européenne, la gouvernance de l'Internet est plus large que celle des Etats-Unis puisqu'elle inclut la gestion du DNS (Domain Name Server), mais aussi la lutte contre le spam ou la cybercriminalité dans son ensemble.

Selon Bernard Benhamou, maître de conférence à Sciences Po , pour la société de l'information à l’Institut d’études politiques de Paris et chargé d'enseignement à l'Université de Paris I panthéon-Sorbonne, et, fervent défenseur de la neutralité de réseaux :

« La mainmise actuelle des États-Unis sur les infrastructures critiques de l'Internet constitue un sujet important pour l'Europe. En effet, la maîtrise de ces infrastructures en plus des questions de souveraineté qu’elle soulève, pourrait constituer un levier essentiel pour favoriser les entreprises américaines et à terme limiter le développement du secteur européen des technologies de l’Internet. Il n'est plus pensable que le contrôle de ces ressources soit confié à un pays (les Etats-Unis) ou à un acteur privé (l’ICANN). Il ne serait pas souhaitable, pour autant, de le confier à un organisme international technique ou à une organisation intergouvernementale classique. En effet, des arbitrages complexes entre acteurs sociétaux, acteurs économiques et Etats sont nécessaires lorsqu’il est question de l’internet. Les problèmes aigus de libertés sur internet dans des pays comme la Chine, la Tunisie ou la Syrie illustrent l'impossibilité de confier la gestion aux seuls états. Mais les dangers d'un abus de pouvoir sur le marché ou abus d'appropriation font également redouter une emprise excessive d'acteurs privés. Quant aux acteurs associatifs, ils n'ont pas forcément les mêmes priorités entre eux. »
En conclusion, la société de l’information se met en place chaque jour davantage, mais les modes de sa gouvernance sont encore, pour la plupart, à inventer. Les pays francophones ne peuvent être absents de cette révolution qui doit être plurielle, transparente et démocratique. Avoir une identité numérique dans la société de l’information permet de ne pas être confiné dans l’exclusion, et, de pouvoir interférer dans les choix de cette société donne la possibilité d’affirmer son existence. Reste que le gouvernement américain a réaffirmé sa position. S'il a récemment assoupli le contrôle qu'il impose à l'Icann, il refuse ainsi toujours une plus grande internationalisation de la gestion de l'internet.

A. B

Qui contrôle l’Internet et quels sont les conflits en matière de gouvernance de l’ Internet ?

Les Etats-Unis. Ils gardent un pouvoir prééminent sur le réseau mondial qu’ils ont créé. 9 des 13 « serveurs racines » qui distribuent Internet dans le monde sont aux Etats-Unis.

La gouvernance d’internet, pour des raisons pratiques et historiques, fut donc assumée par l’ICANN, une société à but non lucratif, de droit californien, qui “gouverne” le réseau, sous le contrôle du département du Commerce des Etats-Unis. Le gouvernement américain a confié à l’ICANN, la distribution des adresses des sites Internet dont 80% sont… américaines, la gestion technique du réseau, qui possède notamment le rôle clé d'attribuer les «noms de domaines», c'est à dire la distribution des grandes zones thématiques et géographiques de l'Internet (les .fr, .uk, .net ou .com).

Internet pourrait donc être perçu comme une arme stratégique aux mains de ce pays en capacité d’intercepter des messages ou de désactiver des noms de domaine. Alors que les décisions de l'ICANN ont une portée mondiale et des incidences économiques majeures , on peut relever le fait que, le très lucratif .com a ainsi été attribué sans appel d'offre à une société américaine, et que ses décisions sont soumises au veto du département américain du Commerce, qui contrôle de facto son activité.

Problème, la gouvernance mondiale de n’importe quelle composante de l’Internet ne peut pas être placée sous l’hégémonie d’un seul gouvernement. De plus, les modèles traditionnels de réglementation, fondés sur l’intervention des États, sont apparus comme inopérants, dans l’espace d’Internet, non seulement pour des raisons géographiques, mais surtout parce que les principes d’organisation hiérarchique, propres à l’exercice public de l’autorité, y sont remis en cause. Le fait donc pour des États souverains d’accepter que les États-Unis puissent détenir une autorité sur le fonctionnement même du réseau à l’intérieur de leurs frontières constitue un point de friction important lors des rencontres internationales.

La contestation de la légitimité de l’ICANN vient d’abord de son statut juridique ou plutôt de sa position politique qui place cette quasi-association sous contrôle du gouvernement américain, du manque de clarté de ses modes de fonctionnement, de la crédibilité contestée de certaines de ses décisions.

«Aujourd'hui, l'administration américaine a un droit de veto sur toutes les grandes questions. Elle peut par exemple refuser d'attribuer un nom de domaine à un pays», explique Martin Selmayr, porte-parole de la Commissaire Européenne à la Société de l'information et aux médias, Viviane Reding.

Tout l’enjeu est donc de mettre en place une gouvernance démocratique des ressources techniques de l’Internet actuel, dans lequel les décisions émanent de la discussion politique autant que des choix des industriels, et où le social contrôle la technologie et non l’inverse.

Par A. Bertrand

Quels sont les impacts de l’Internet sur ces droits de la personne ?

Une gouvernance de l’Internet est nécessaire du fait de la multiplication à grande échelle à travers le monde des échanges de données électroniques. En effet, l'utilisation de ressources informatiques très diversifiées (texte, image, son…) pose plusieurs questions, notamment sur :
Les droits d'accès à ces ressources par rapport à la propriété intellectuelle,
Sur l’accessibilité d’Internet,
Sur la liberté d’expression / le droit à l’information,
Sur les gains ou les pertes financières susceptibles de survenir par rapport à la détention ou non des informations sensibles sur le savoir-faire des entreprises (réputation, actifs immatériels…),
Sur la protection des données sensibles, du point de vue technique, financier et juridique, qui ne peut pas être assurée par des procédés classiques de sécurité informatique.
À l’heure où dans nos sociétés des pans entiers de l’activité économique (et des services des États) reposent sur Internet, la stabilité des réseaux devient l’un des enjeux fondamentaux de la gouvernance de l’Internet. Les risques d’attaques des infrastructures critiques de l’Internet qui n’apparaissaient autrefois que «théoriques» sont désormais au cœur des préoccupations des architectes des réseaux.

S’agissant de la sécurité, il n’existe pas d’organisme, de mécanisme ou de forum mondial de la gouvernance régi par une convention internationale. Il existe bien des initiatives privées, comme le réseau mondial de CERT, (centres d'alerte et de réaction aux attaques informatiques destinés aux entreprises et/ou aux administrations, dont les informations sont généralement accessibles à tous) chargés d'assurer des services de prévention des risques et d'assistance aux traitements d'incidents, comme de combattre le pollupostage (spam = envoi de courrier électronique non demandé et avec une fausse identification d’origine ) , ou le phishing, ( technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d'identité ).

En effet, l’échange de messages sans mécanismes efficaces est un problème grave en matière de sécurité de l’Internet pour l’utilisateur final. A cause des points faibles des systèmes d’échanges de messages, des milliers d’utilisateurs sont victimes de vol de mots de passe et de codes d’identification.

Par ailleurs, beaucoup de questions se posent sur la question de l'accessibilité à Internet. Certains pays évoquent la nécessité de faciliter l'accès des pays en développement au Net, et le manque de moyens pour participer davantage à la prise de décision en matière de gouvernance de l'Internet. Qu’en est-il en effet de la problématique concernant la mise en place un partage équitable des coûts de connexion entre pays ?

Sur ce point, concrètement, ce qui est en jeu c’est de savoir qui paye pour la largeur de bande passante Internet entre pays, lorsque normalement le coût implique une connexion bidirectionnelle (c’est-à-dire que des utilisateurs situés dans deux pays quelconques peuvent avoir accès en principe à tous les services Internet offerts dans ces deux pays). Si nous parlons d’une connexion entre deux pays de niveau de développement semblable (l’Australie et les USA, par exemple), il y a presque toujours aujourd’hui une négociation bilatérale qui fixe un partage des coûts acceptable pour les deux parties.

La situation est de facto, extrêmement défavorable dans des pays moins développés, qui ont peu ou aucun contenu d’intérêt international à offrir. Dans ces cas-là, le pouvoir de marchandage bilatéral est nul et, sans intervention internationale, ces pays auront toujours la connexion la plus chère pour les utilisateurs finaux (l’extrémité inférieure de la « chaîne alimentaire » de la connexion), ce qui est encore aggravé par le pouvoir d’achat inférieur de ces utilisateurs et par une infrastructure locale de connectivité inefficace et - ou mal distribuée de connectivité.

En général, dans ces cas-là, le pays ne sera relié à l’Internet que s’il paye la totalité des coûts de largeur de bande disponible (mesurée, pour la majorité des pays, en mégabits ou gigabits par seconde), même si des utilisateurs du pays le plus riche utilisent des services basés chez des serveurs situés dans le pays le plus pauvre. Il n’y a aucun accord ou convention internationale, pas même en discussion, pour rendre cette relation moins inégale.

La gouvernance mondiale de l’Internet doit résoudre ce problème pour que cesse l’écart croissant de connectivité entre les nations développées et les nations plus pauvres.

Toute la problématique est donc de définir ou de perfectionner la coordination mondiale des différentes composantes d’Internet. Il est nécessaire que la gouvernance de la totalité du réseau (et non seulement de son infrastructure logique) devienne effectivement mondiale, démocratique, transparente et pluraliste - c’est-à-dire, avec la représentation de tous les groupes d’intérêt au processus de prise de décisions.

Il est fondamental de chercher des organismes mondiaux de gouvernance d’un type nouveau, qui puissent fonctionner en tant que forums de résolution de litiges et en tant que mécanismes de coordination, de recommandation et de normalisation des différentes questions relatives au réseau Internet.

Qu’est-ce que la notion de gouvernance de l’ Internet ?

Petit rappel, au sens moderne du terme, le concept de gouvernance apparaît très tard, en 1975 exactement. Il est pour la première fois utilisé par un Professeur d'Economie, Oliver E. Williamson (" Markets and hiérarchies. Analysis and antitrust implications, New York, Free Press, 1975). Le concept moderne de gouvernance évoluera rapidement pour aboutir à une définition plus large. La gouvernance devient alors l'ensemble des processus par lesquels des règles collectives sont élaborées, décidées, légitimées, mises en œuvre et contrôlées. En clair, la gouvernance signifie que la loi n'a pas le monopole pour régir un espace.

Mais alors que faut-il entendre par « gouvernance de l’Internet » ? Il s’agit dans ce cas de l’élaboration de principes, normes, règles, procédures de prise de décisions et programmes communs propres à modeler l’évolution et l’usage de l’Internet.

Si l’Internet est de plus en plus accessible dans le monde, bien que très inégalement réparti selon les espaces, la question de sa gouvernance reste un enjeu mondial d’une grande complexité. Un sujet majeur qui commence d’ailleurs à atteindre le grand public, jusqu' alors pourtant cantonné aux cénacles d'experts ; ce phénomène social tout à fait nouveau, considéré à la fois comme une technologie ayant des potentialités exceptionnelles et suscitant des réticences par ailleurs, ( notamment sur des visions différentes sur la manière de faciliter la libre communication des idées et de la connaissance) , a très vite fait apparaître la nécessité de mettre en œuvre une coordination mondiale.

En effet, l’Internet compte désormais plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde, de plus, ce réseau touche maintenant en profondeur tous les secteurs de la vie économique, sociale, culturelle de la planète. L’étendue des questions liées à l’Internet n’a donc cessé de croître, allant de : la liberté d’expression à la sécurité du réseau en passant par le multilinguisme, à la question du comblement de la "fracture numérique", ou celle de la libre circulation de l’information, des idées, etc… Tout cela nécessite donc des règles qui assurent le respect des diversités et des droits de la personne.

vendredi, octobre 12, 2007

Journées de réflexion sur la situation globale des albinos au Congo Brazzaville

Du 11 au 12 octobre 2007, s’est tenu une réflexion sur le thème : "Albinos, mythe et société" à la Mairie centrale de Brazzaville, organisée par l’ONG SOS Enfants vulnérables.

Aucours de son exposé portant sur la restitution du Congrés de Yaoundé de février et mars 2006 par Symphorien Sigrid Ayara, président de l'association S.O.S enfants vulnérables, a tenu à signaler que le Congo est en marge de la loi valorisant le peuple albinos alors que les pays de la sous région comme le Cameroun et le Mali sont très avancés dans l'application de cette loi. Le fondement sur la discrimination des albinos date bien de l'époque de nos ancêtres.

Madame Odette Elion Voua a conduit les travaux en ateliers sur le sou thèmes comment lutter contre la discrimination et la stigmatisation des enfants Albinos.

"Le respect des droits des personnes vulnérables et de leurs libertés fondamentales selon le code de la famille congolaise, la constitution de 20 janvier 2000 et d'autres instruments juridiques internationaux ont été présentés par Hervé Paul Kengouya.

Assurément, la question de la prise en charge des albinos sur le plan scolaire et médical demeure une question non résolue. La société civile a été invitée à s’intéresser davantage sur la question et à plaider auprès du Gouvernement et des institutions internationales.

Ben Richard Mavoungou