lundi, août 28, 2006

La méthodologie des cours informatiques satisfait les étudiants

Ividi Loumbi Parfait est un jeune étudiant en 3e année de Sciences physiques à la Faculté des Sciences de l’Université Marien Ngouabi au Congo. Il a commencé depuis deux semaines des cours d’informatique au Centre d’information et de documentation sur l’ingénierie (CDI) d’AZUR Développement à Brazzaville. Il répond ici à nos questions.

Qu’est ce qui a motivé le choix de ses études ?

« Depuis le lycée, je me sentais à l’aise dans les sciences. J’ai l’idée de travailler dans une société bien, du genre AGIP, les sociétés pétrolières ».

Qui vous a parlé des cours d’informatique donnés par AZUR ?

« Ans, un membre d’AZUR qui vit au campus de l’université avec moi m’en a parlé.
Je lui avais dit que je voulais faire les cours d’informatique pendant les vacances.
J’avais commencé des cours avant, mais je n’avais pas terminé la formation. On nous avait distribué des prospectus d’une autre organisation qui faisait des cours d’initiation à l’Internet, mais je voulais plutôt faire des cours de perfectionnement. C’est ce que AZUR m’a d’ailleurs proposé » explique Parfait.
« Ans m’a dit qu’au CDI je pourrai avoir plus de temps de contact avec l’ordinateur. » a-t-il ajouté.

« Je fais l’informatique pour gonfler mon CV ». En effet, les étudiants font des cours d’informatique pour avoir des compétences et espérer obtenir un emploi. Au Congo Brazzaville, il faut en plus des compétences en informatique, la connaissance de la langue anglaise pour trouver de l’emploi.
Par ailleurs, Parfait reconnaît que l’informatique est presque utile dans tous les domaines de la vie.

« Je trouve que la méthodologie d’enseignement est meilleure » déclare t-il.
Au CDI, les étudiants reçoivent un manuel de formation qu’ils utilisent pour la formation à l’utilisation des logiciels Word et Excel. L’étudiant travaille seul sur l’ordinateur en suivant les instructions détaillées dans le manuel de formation. Il éveille ainsi sa créativité et l’esprit de recherche. Un membre du personnel est toujours présent pour apporter un éclaircissement au besoin.

Parfait suggère qu’il faut permettre aux étudiants de s’exercer encore après la formation pendant un mois. « Je serai volontaire pour saisir des documents pour l’organisation pour avoir davantage de temps sur l’ordinateur et me perfectionner » a-t-il déclaré.

100 people living with HIV/AIDS will receive support in Pointe-Noire

The HIV seroprevalence rate is estimated at 5%. In 2003, it was estimated that 110 000 people were living with HIV/AIDS in Congo. At least 1500 people are infected each year in Pointe-Noire.

Actually, there's almost no support for people living with HIV/AIDS

After surveys and observations in Pointe-Noire, AZUR Development has noticed that people living with HIV/AIDS weren’t supported in majority. They are often rejected by their families, lose their job and hope to live.

Today, there is hope in the fight against HIV/AIDS thanks to science progress and also ARVs that contribute to increase the life expectancy of a person infected by HIV.

We need care and support” said project beneficiaries.

After a workshop on palliative care organised on December 2005, AZUR Development plans to continue its action by supporting 100 vulnerable people infected by HIV by providing them a psychological and nutritional support, home visits and care, and access to medicines and ARVs.

We’re already supporting AIDS orphans in the city. There are only two AIDS Treatment centres in the country. The first one was opened in Brazzaville in 1994 and the other of Pointe-Noire in 1999. Thus, people living with HIV/AIDS in other departments are almost abandoned to themselves.

We could extend our action if we receive more donations. To contribute, please write and

Freemobile4women, empowering rural young women with mobile phones!!!

AZUR has planned to provide 50 mobile phones to 100 young women living in rural areas with social and economic return. Freemobile4women is a pioneering initiative for women involvement in the use of ICTs for their empowerment.

Two young women living in rural areas need only 200 US$, 200 Euros or 200 £ to start a call kiosk. They will earn an income and also help their communities where they live to access to information, generally agriculture and markets information.

Empowering young women

By contributing to this program, you are empowering economically disadvantaged young women, who otherwise would never get this opportunity. Philo, a young woman says “a mobile call kiosk doesn’t cost a lot, we just need a phone and air time to start, and we are ready for that. Yes, a phone could change our lives.”

There are in urban areas, at least two mobile call kiosks in each 1 kilometre. It’s expected that the project will be a success in rural areas, where mobile phone penetrates faster than the internet. Mobile phones are cheaper and easy to use. AZUR will also train young women in marketing, improving our income, making savings and how to expand their activities.

Bringing change in young women’s lives

Communities where young women lives are not only clients, but by paying 0,4 US$ per minute, they keep regular contact with their families, clients and other relatives in and outside that area; but they are also contributing to young women empowerment and at risk behaviours reduction. Most of young women, economically disadvantaged and who live in impoverished areas are exposed day to day to HIV/AIDS, to forced and early marriage, rural exodus, and prostitution etc.

To contribute to this program, please donate 200 US$, 200 Euros or 200 £ or more to
FreeMobile4women, email:

Community telecentres create a network

A network of community telecentres has just been created in Congo Brazzaville. It gathers 10 community telecentres around Brazzaville and there are plans to expand the group to include telecentres throughout the country.

The idea for the network came about after a survey of telecentres conducted in April 2006 by the NGO AZUR Development. The network currently has 10 telecentre members. The main office is in Brazzaville. It is expected that more telecentres will join the network in the coming months.

The network objectives are:
· facilitate and encourage the installation of community telecentres in rural and urban areas;
· increase accessibility, in particular of marginalized people, women children, and people with disabilities and illiterates, to ICTs ;
· formalize the collaboration and increase information and experience exchange among telecentres, and
· build the capacity of telecentre members.

Why Dorothy went to the land of OZ or Congo?

Reflections on purpose, objectives, and cosmic pulls…………………..

No one ever asks why Dorothy went to the land of OZ. But always I am asked. So here is my answer. I was washed here by a strong current, blown by a powerful wind, and sucked by the great cosmic pull.

Honestly, I arrived in Brazzaville with little in my mind, little expectation, little objective, little coherent thought.

There were two things – travel, and work. For travel I am naturally curious about the way of life over the oceans, something which you cannot see in a whirlwind tour, or contiki style rush, 1 week of 5 countries, and 100 different monuments and 5 star hotels (all designed perfectly to make you feel at home.)

For work, I am wanting to see what life is like for NGO’s in developing countries. I want to learn more about perspectives on development, I want to see the projects people are working on, and where possible I want to help. Have these objectives been met?

I guess I can answer more of this when time comes to depart. For now my answer is as follows: For travel, of course, although I must say AZUR member are doing their best to spoil me silly and it is almost as if I’m living in a 5 star hotel.

As for work, I am watching, I am listening, and I am learning…..oh yes and I am helping. So objectives met? tick. As for coherency on understanding development, from my perspective and from others perspectives, I have a long way to go. I have 101 questions, and 101 issues, and many many many more lengthy discussions to have.

So that is the story so far…………..I am looking forward to the rest. Thank you to AZUR for making this journey possible.

Reflections on teaching my home tongue in a strange land

I am quickly made aware of the fact that everybody wants to learn English around here. I’m surprised at how eager they are, and how important my home tongue is in this country. But I am told that job opportunities are becoming scarce without English.

To begin with I am confused about what teaching method to use. I don’t know as yet the numbers that will be in my class, I don’t know what levels, in fact I don’t know a thing. I notice that everything is so formal here and so I guess the education system is the same. I wonder whether I’m going to have to face the enemy educational systems of ROTE learning and dictations and classrooms packed with desks in nice neat rows and silent students that raise their hands to utter a few words.

I start teaching – and learning.

First is Ecole Actuelle – a university run by a local NGO ‘CACSUP.’ The university is set up to offer courses in Telecommunications, IT, Transport & Logistics, Accounting, and other courses which are not available at the major university. I learn that the education system, still suffering from remnants of colonial ignorance, is copying the French and offering courses in psychology, philosophy, and linguistics, yet nothing in fields which are actually needed in the country.

Second is CERAPE – an NGO which specializes in research on economic and social development. We are learning about adjectives, I have written a load of adjectives on the white board, they create sentences using these adjectives. They start spitting out gems. ‘Our country is rich, but our leaders are foolish.’

Finally we have started a class here at the AZUR office for absolute beginners.

From this final group of beginners I am learning something very important. I am learning how hard English is.

Next week I will start classes with my last group – Medicins d’Afrique. I’m very excited about this one, as I have been sick of late with a flu, and I can’t think of anyone better to be hanging around with than a bunch of doctors.

Note: As for the question of teaching methods and formalities, I learn quickly to give a bit and take a bit. I write a formalized structure for the course with dates, and topics, and assignments – and then in fine print at the bottom a small note ‘But remember nothing is static, not even a rock, we will be changing with the wind.’ My teaching methods have even managed to make my students surprised at the fact that I haven’t taught English before. I am loving teaching, and the students appear to be loving learning. All is good.

Reflections on arrival in Congo of an Australian ESL volunteer

Reflections on arrival, strange tongues, and delirium…………………

It has been almost a month now since I stepped off the plane at Brazzaville airport. The 23 hours in flight and a few too many lengthy waits in transit had left me delirious, delusional and hard of hearing, preparing me perfectly for the man at the airport ‘kindly’ offering me assistance. ‘Ms please give me your passport and your entrance card, I will help you.’ ‘Pardon,’ ‘Je ne comprends pas,’ ‘Je ne parle pas le Français.’ I manage to spit out that I am waiting for someone to meet me. Trying to buy some time, I shuffle through my bag to find a pen, and SLOWLY begin to fill in the entrance card.

The man is still by my side. I manage to spit out another sentence….’Do you work here?’ ‘Yes, yes bien sure.’ I look around, they can’t have too much trouble finding me in the crowd, I’m the only young white woman around. I start to scan my memory through all my e-mail contacts with Sylvie Niombo. Did I tell her my age? Did I specify that I was female? Maybe they are searching for a middle age French man, it wouldn’t be the first time with a name like Rene. I’ve bought as much time as I can, the man is still by my side assuring me of his validity, the combination of a strange tongue, blocked ears, humidity, and delirium have taken its toll. I give in.

Reflections on meeting AZUR folks……………………

Two minutes after my passport and entry card have left my possession I meet Jourdan. He is speaking to me, I still don’t understand as I’m still madly trying to unblock my ears, while keeping an eye on the man with my passport, but I recognize it as English, and I recognize him as a member of AZUR. All is OK. We spend the next hour or so trying to get a visa. There is much negotiation with the man who had offered his ‘kind’ assistance, who is asking for money for his hard work. We leave without passport or visa.

I meet Lydie outside, strange tongue again, I catch about 10 of the 100 balls being hurtled at me. Over the next few days I meet the rest of the AZUR mob. They are all so kind, and they spoil me. As for me, my lack of French has got me feeling like a stubborn tourist that will not bend their ways. I am relying on other peoples English, and this fills me with guilt.

I am trying my hardest to catch more balls, but they are hurtled at me with an incredible speed, and so I am a small dependant child. This, coupled with the many calls of MONDELE whenever I walk out on the street reminds me that I am a stranger in a strange land. I start to understand friends in Australia, when they are the only black people in a sea of white.

Interview du coordonnateur du réseau des telecentres communautaires du Congo

Un réseau des télécentres communautaires du Congo vient d’être créé au mois de Juillet à Brazzaville. Il rassemble 10 télécentres communautaires et va s’étendre progressivement aux télécentres de tout le pays.

En avril 2006, l’Association AZUR Développement a mené une enquête sur les télécentres au Congo. Les résultats de cette enquête conduite par Sylvie Niombo et Jourdan Claude Dzaba ont mis en évidence les principaux défis pour les télécentres au Congo.

Une réunion de restitution de cette enquête sur les télécentres au Congo a été organisée en avril 2006. Il était clair de s’unir et de commencer une conversation entre les télécentres. D’autres réunions étaient convenues par les gestionnaires des télécentres, et les graines du réseau étaient plantées.

Marc Foukou, Assistant à la Communication d’AZUR Développement, s’est rapproché de Fernand Bienvenu Kingouari, Coordonnateur du Réseau des télécentres communautaires du Congo (R2TC) pour avoir davantage d’informations sur les perspectives du réseau.

Marc Foukou : Qu’est-ce que le réseau des télécentres communautaires du Congo ?

Fernand Bienvenu Kingouari : le réseau des télécentres communautaires du Congo est un regroupement des structures de formation, d’information, de vulgarisation dans divers domaines au moyen des technologies de l’information et de la communication qui évoluent au Congo-Brazzaville.

MF : Quelles sont les raisons qui vous ont motivé à créer le Réseau des télécentres communautaires du Congo ?

F.B.K.: Nous avons constaté que nos télécentres évoluent dans un environnement juridique peu cohérent et sont confrontés à de nombreuses difficultés telles :
· absence d’une loi sur la défiscalisation du matériel informatique ;
· peu de connaissances et de compétences sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) ;
· épineux problème d’accès à la connexion Internet hors de prix pour la majorité des télécentres ;
· problème d’analphabétisme des populations rurales ;
· absence de collaboration entre les différents télécentres.

Pour palier ces nombreuses difficultés, nous avons pensé mettre en place le réseau de télécentres communautaires du Congo, en sigle RT2C afin de contribuer à la réalisation de l’objectif 8 des OMD ( objectifs du millénaire pour le développement) qui stipule de rendre plus accessibles les bénéfices des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les pays en voie de développement et que la collaboration, le renforcement des capacités entre télécentres sera un atout majeur dans le développement de l’Afrique en matière des TIC.

M.F. : quels objectifs vise le réseau ?

F.B.K. : Le réseau se propose d’atteindre 4 principaux objectifs à savoir :
1. faciliter et encourager l’implantation des télécentres communautaires dans les zones rurales et urbaines ;
2. faciliter l’accès des populations en général et des couches marginalisées (femmes, enfants, personnes analphabètes et handicapées) aux technologies de l’information et de la communication ;
3. formaliser la collaboration et accroître l’échange d’informations et d’expériences entre les télécentres et enfin ;
4. renforcer les capacités des membres des télécentres.

M.F. : Quelles sont les perspectives d’avenir pour le réseau ?

F.B.K. : Des perspectives d’avenir du réseau, nous pouvons noter :
· faciliter l’accès à l’Internet à des coûts abordables pour les télécentres tant en zone urbaine que rurale ;
· renforcer les capacités des gestionnaires des télécentres, en organisant des formations des formateurs ; et
· favoriser l’implantation des télécentres communautaires en zones rurales », a déclaré le Coordonnateur du Réseau.

M.F. : Quel message lancez-vous à l’endroit de ceux qui vont vous lire ?

F.B.K. : Notre réseau est encore en train de se constituer, c’est pourquoi nous sollicitons le soutien de tout le monde surtout les organisations ayant déjà l’expérience dans la gestion des télécentres communautaires. Mais encore celles qui peuvent nous appuyer dans la réalisation de nos objectifs.

Pour plus d’informations sur les télécentres au Congo, cliquez sur ce lien :

Etudier l’anglais pour trouver un emploi

Dans le cadre de son projet « vacances anglais », Irène, volontaire, est venue toute fraîche de Melbourne, Australie pour appuyer l’équipe d’AZUR à organiser des cours d’anglais à grande échelle à Brazzaville.

AZUR a actuellement 3 sites d’enseignement de l’anglais à Brazzaville. Le 1er site est situé à son bureau au Plateau des 15 ans. Le 2e se trouve au Bureau du centre de recherche CERAPE à Ouenzé. Le 3e est situé au bureau de l’ONG Médécins d’Afrique au centre ville.

Chaque semaine au moins 3 personnes s’inscrivent pour les cours d’anglais

C’est le cas du centre situé au bureau d’AZUR Développement. Les étudiants font cours en plein air, car ils deviennent de plus en plus nombreux et il n’y a pas assez d’espace. Les cours se passent chaque lundi, mercredi et vendredi de 18h00 à 20h00.

75% des étudiants apprennent l’anglais pour trouver du travail

Une ambiance cool, à bas le formalisme des cours habituels

Les cours d’anglais se passent dans une ambiance détendue. Pour beaucoup d’étudiants « cette méthode me permet de participer activement car elle procure de plus en plus l’intéressement et l’attention ».

« Le professeur interroge tout le monde » disent-ils.

« Je souhaite que l’on mette en place deux dictionnaires Anglais- Français pendant le cours, pour faciliter les traductions individuelles et collectives. » a suggéré Yvon.

«Je souhaiterai que vous insistiez sur les dialogues, les révisions, les situations à interpréter, les poèmes à réciter et l’étude des textes », ajoute Davy.

Pourquoi j’ai adhéré à AZUR ?

Il y a une semaine, nous venons d’accueillir deux nouveaux membres à AZUR à Brazzaville. Ils donnent ici leurs attentes et expliquent leur motivation à faire partie d’AZUR Développement, qui souligne dans ses statuts que c’est une occasion d’épanouissement.

Des nouveaux technocrates dans les notre communauté

Ngakosso Ibara Otso a fini ses études d’électronique et télécommunications il y a 2 ans. Il a également des notions en informatique et en droit.

Ce qu’il fait dans la vie : « je fais des formations sur la bureautique et sur les réseaux et maintenance informatique chez moi et chez les particuliers ».

Ngoko Yoka a un diplôme Universitaire de Technologie en électronique. « J’ai suivi des formations diverses. J’ai également travaillé dans la reprographie à Ranx Xerox à Pointe-Noire. »

Tout comme Ngakosso, il a monté sa petite affaire en informatique. « Je fais la maintenance des réseaux informatiques et je forme en informatique chez moi ou chez les particuliers ».

Ce qu’ils pensent qu’AZUR peut leur apporter

Interrogés sur ceux qu’ils pensent apporter à AZUR, Ngakosso déclare :

« je suis disponible former dans la maintenance informatique et les réseaux ».

« Je peux apporter mon expérience et sil il y a nécessité on peut m’utiliser pour les projets », ajoute Ngoko Yoka.

Ils pensent que AZUR peut leur apporter : « une formation supplémentaire dans ma carrière professionnelle dans le domaine de l’informatique et la télécommunication » affirme Ngakosso. Quant à Ngoko Yoka, il voudrait « gagner de l’expérience dans les ONG, entreprendre et promouvoir l’outil informatique et participer à l’effort du développement. »